NES Super Nintendo Master System Mega Drive PC Engine Neo Geo

select a console »
TEST · REVIEW · CRITIQUECONSOLE SEGA MEGA DRIVE (16-bit)


The Caped Crusader a eu un coup de blues durant les années 90 et c'est la Megadrive qui en a fait les frais.

Batman

Batman

バットマン
 

 Mega Drive

Développeur:
Sunsoft

Editeur:
Sunsoft
Genre:
Action

Joueurs:
1P

Dates de sortie
27.07.1990 Japon
1990 USA
199? Europe
très dur Difficulté:

79%Graphismes
79%Animation
69%Son
75%Jouabilité
78%Durée de vie

72%72%

Quand on dit le "Batman de Sunsoft", on pense beaucoup à la NES, un peu au Game Boy, et presque pas aux versions Megadrive et Coregrafx. Pourtant, des équipes de Sunsoft réalisèrent des jeux Batman pour chacune de ces consoles et, chose impensable de nos jours où les jeux sont conçus dans un même moule sur un rythme d'usine, chacun des quatres jeux est entièrement différent l'un de l'autre.

Si c'est sur NES qu'on s'en souvient le mieux, ce n'est pas par simple caprice de nintendomaniaque, mais parce qu'il était exceptionnel. Batman sur NES, un des premiers tests de 1UP, était à la fois un captivant jeu d'action, un redoutable challenge et une incroyable réussite technique pour une modeste console. En somme, les "Batman de Sunsoft" sont gravés dans nos mémoires en fonction de leur qualité.

Alors que sur NES Sunsoft avait tenté de surpasser la compétition, on pourrait dire avec un brin de sarcasme que sur Megadrive ils ont tenté de fondre le jeu avec le reste de la production; les premiers jeux de la consoles ayant été pour la plupart très moyens, d'Altered Beast à Rambo III, sa naissance fut quelque peu douloureuse. Ce Batman est lui aussi très moyen, c'est un jeu d'action mais sans tout le charme de la version NES, et, différence plus importante qu'il n'y paraît, sans son élégance.

A quoi se résume "l'élégance" d'un jeu vidéo ? Peut-être à certains choix esthétiques et à sa présentation. Les quelques minutes d'intro sont assez pour s'en faire une opinion plutôt négative. Ca commence de la même façon que sur Game Boy, avec le classique logo or et noir du film de Tim Burton qui tourne, qui tourne, et nous retourne le coeur, puis, de belles images fixes montrent tour à tour Gotham City, Batman, le Joker et Vicki Vale, mais on les voit à peine, leur rôle étant de servir de feuille à une longue page de texte où, pour une étrange raison, on nous résume soigneusement tout le film jusqu'à la confrontration finale à la cathédrale, dernier niveau du jeu. L'accompagnement musical est un peu pesant, tout juste anodin dans sa créativité, et, contrairement à la version NES qui nous faisait penser: "voilà un jeu qui commence fort !", l'adjectif que l'on a en tête quand l'intro est bouclée est "moyen", sentiment d'apathie qui ne nous quittera pas.

D'élégance, le sprite de Batman en manque aussi, il marche comme un skieur de fond, c'est à dire en lançant les coudes en cadence d'avant en arrière. C'est un Batman qui marche gaiement, avec toutes les connotations modernes que le mot "gai" a gagné. La flexion de genoux durant le saut lui donne aussi un drôle d'air, tout comme les bruitages, en "pouet !" et "tut !" qui retirent ce qui restait de virilité à l'homme chauve-souris. Des détails assassins comme ceux-là, le Batman 16-bit de Sunsoft n'en manque pas. On s'amusera par exemple des ennemis qui arrivent par derrière et qui, si l'on avance sans s'arrêter, ne parviennent jamais à nous atteindre avec leur couteau. Ou encore les boss qui sont tous très faciles - même si certains requièrent l'usage du Batarang - à l'exception du tout premier, un boxeur passablement énervant qui lui exige des mouvements et un timing rigoureux. La jouabilité est bancal, à plus d'un titre.

Tout comme les boss sont mal proportionnés dans leur difficulté, les niveaux le sont également dans leur longueur. Le premier d'entre eux, une simple rue, est si court que l'on se demande à quoi il sert, alors que d'autres, comme la séquence en Batmobile ou la cathédrale sont bien trop longs et trop durs, laissant peu de chances au joueur de s'en sortir. On l'aurait presque deviné au vu des défauts précédents, la difficulté est surélevée par moments. Sur NES, Batman était un challenge très relevé, sur Megadrive, il ne met pas le joueur au défi mais à l'agonie. Les continus sont limités à cinq et les carrés de vie semblent disparaître sans logique particulière, parfois un coup ne vous en retire aucun, parfois vous en perdez deux. Et puis certains de ces niveaux opposent une résistance meutrière, que ce soit les bombes à éviter en Batmobile, les clowns sauteurs qui garnissent les plates-formes du cinquième niveau, ou les pièges de la cathédrale, qui transforment ce lieu de recueillement en chemin de croix.

La version Megadrive a au moins un atout par rapport à la NES, elle est beaucoup plus fidèle au film, elle en suit le déroulement d'assez près et utilise des décors et des ennemis qui ressemblent à ceux du long métrage. Toutefois, ironie du sort, il se trouve que le meilleur niveau est le moins fidèle au film ! A croire que seul le Sunsoft mauvais élève qui ne recopie pas sa dictée mot à mot est capable de prouesses. C'est le niveau du musée, qui avec ses plates-formes garnies de pointes et ses colosses lanceurs de hache offre un interlude castlevaniesque, y compris par le style graphique, pas déplaisant.

Le style justement, nous l'avons vu, manque d'élégance. Cela concerne surtout les sprites, dont les formes et les mouvements roides évoquent ceux de jouets, un petit côté plastique qui va mieux à G.I. Joe qu'à Batman. Les décors en revanche ont un certain charme, ils sont parfois riches en détails, les ombres et les reflets sur certaines surfaces ayant été dessinées à grand peine. Mais là encore les inégalités perdurent avec des passages tout simplement laids. Il y a deux scènes de shoot'em up, respectivement à bord de la voiture et de l'avion de Batman (mais oui, comme une figurine d'action), qui viennent rompre la monotonie. Grâce à leur réalisation très correcte et à un rythme soutenu ce sont de bons moments qui viennent rehausser l'intérêt général.

Il n'y a rien de pleinement satisfaisant dans ce Batman pour Sega, et n'allez pas croire que ce que nous n'avons pas évoqué soit meilleur que ce dont nous avons parlé: les musiques sont quelconques tout comme la maniabilité, où le difficile saut adhésif de la NES a été remplacé par un saut en boule encore plus approximatif malgré son importance souvent cruciale. C'est un jeu d'action sans génie, sans défauts exaspérants non plus, mais il démontre que "moyen" n'est pas assez pour un jeu vidéo s'il veut espérer sa minute de gloire. Et quand on est un super héros, on ne peut se permettre d'être tout juste moyen. Qui viendrait nous sauver alors, le Batman d'une autre console ?

le 6 octobre 2006
par sanjuro



Jeu testé en version européenne
Boîte du jeu
Version européenne



Photos choisies
Cliquer pour agrandir

Toutes les photos
Taille normale 320x224
01 | 02 | 03 | 04 | 05
06 | 07 | 08 | 09 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18 | 19 | 20
21 | 22 | 23 | 24 | 25
26 | 27 | 28 | 29 | 30
31 | 32


Panorama
Tout sur une page


All text and screenshots: © 2001 sanjuro, 1up-games.com