NES Super Nintendo Master System Mega Drive PC Engine Neo Geo

select a console »
TEST · REVIEW · CRITIQUECONSOLE NINTENDO ENTERTAINMENT SYSTEM (8-bit)


Un ange pas comme les autres qui défend les valeurs de Nintendo, et Angel Land contre Medusa.

Kid Icarus

Kid Icarus

光神話 パルテナの鏡 (Hikari Shinwa - Parutena no Kagami, trad: "Le Mythe de la Lumière: Le Miroir de Parthena")
Suppléments:
Affiche Promotionnelle Japonaise


Succès & Fins

 NES

Développeur:
Nintendo

Editeur:
Nintendo
Genre:
Action / Aventure

Joueurs:
1P

Dates de sortie
19.12.1986 Japon
07.1987 USA
198? Europe
15.12.1988 Suède
très dur Difficulté:

72%Graphismes
88%Animation
93%Son
92%Jouabilité
90%Durée de vie

87%87%
Trucs et astuces

Marchander:

Chez certains vendeurs, appuyez simultanément sur A et B de la seconde manette pour changer le prix des articles. Attention, car il peut baisser ou augmenter !

Mots de passe:

Important: respectez la casse de caractères et faites bien la distinction entre zéro et la lettre O majuscule.

Stage 1-2
0000Oq D0dF00
Ob0008 0004oO

Stage 1-3
0000Se M0dF00
mc0009 1008Yd

Stage 1-4
C0G0Cz T0df00
uiG00D 1000Zw

Stage 2-1
C0W04q X0dF00
MlG00D H000Ka

Stage 2-2
CaW0yy o0dF00
s2H00H I0044t

Stage 2-3
CeW0az y0dF00
G3100H I008ql

Stage 2-4
DeW1Gu B1dF00
M3100H I0005T

Stage 3-1
DeW1ix G1dF00
Oz000H I1OOcD

Stage 3-2
DeW1q9 I1dF00
O!000H I104sK

Stage 3-3
EeW14R J1dF00
Oz000H I108ME

Stage 3-4
EeW1GO O1dF00
M!000H I100NO

Stage 4-1
6eW34R J1TC00
ukG11G J500up

Stage 2-4, invincible:
MEDUSA FIGHTS
ICARUS ANGELS

ICARUS FIGHTS
MEDUSA ANGELS

Stage 3-4, invincible:
PAKING PAKING
PAKING PAKING

Stage 4-1, invincible:
DANGER !!!!!!
TERROR HORROR

KidKid Icarus
KidKid Icarus

8uuuuu uuuuuu
uuuuuu uuuuuu

L'époque de la NES a été une période de création intense pour Nintendo, c'est là qu'ils ont sorti quelques-uns de leurs plus grands succès, inventé toutes sortes d'accessoires, et c'est là que sont nés certains de leurs plus célèbres personnages. Mais tous n'ont pas fait le chemin vers la postérité, on a vu l'exemple des Ice Climbers, prisonniers des glaces pendant près de vingt ans puis décongelés au feu des 128-bit. Mais il y a un personnages qui mériterait bien mieux encore le titre de "fameux méconnu" de Nintendo, c'est Kid Icarus, alias Pit.

Orphée aux Enfers

Pit est un ange. Pas tellement pour ses origines divines mais parce qu'il habite Angel Land, le pays des anges, et parce qu'il a un peu les traits du chérubin, ceux d'un jeune garçon avec une modeste paire d'ailes dans le dos et équipé d'un petit arc. Le monde de Pit, quant à lui, penche vers la mythologie grecque. La religion chrétienne et les mythes grecques, ça doit un peu ressembler à une seule et même fantastique histoire vu de loin.

De graves évènements se sont déroulés à Angel Land. Du fin fond des enfers, Medusa est venue attaquer le royaume céleste protégé par la déesse Parthena (mal traduit en Palutena), transformant ses guerriers en statues de pierre. Vainqueur, Medusa a emprisonné sa rivale, volé les trois trésors sacrés, et lâché ses cohortes de monstres des enfers jusqu'aux cieux. Le seul espoir de Parthena, d'Angel Land et de ses habitants repose sur le jeune Pit. Lui aussi est prisonnier, mais plus pour très longtemps. Libéré, grâce aux pouvoirs de Parthena, de sa geôle au coeur des enfers, le Kid Icarus s'embarque dans une longue et difficile quête à destination d'un palais loin, très loin au-dessus de lui.

HAUT   BAS

En conséquence, il y a beaucoup de grimpette dans le jeu, beaucoup de niveaux tout en hauteur. Le deuxième et le troisième monde, repectivement le monde souterrain et le monde céleste, sont construits dans ce sens, ce qui est plutôt logique: les enfers sont un puits dont il faut sortir tandis que dans le ciel est un palais qu'il faut atteindre. Et entre les deux, logique implacable, se trouve le monde intermédiaire en scrolling horizontal, la façon habituelle de suivre l'action d'un environnement neutre; car qu'est-ce qui est censé se trouver entre le ciel et l'enfer sinon un monde neutre, normal, tiraillé entre les deux comme le nôtre ?

Mais Kid Icarus n'est pas une représentation symbolique de notre monde comme le voit la religion, c'est un jeu d'action aventure. Aussi, chaque monde est divisé en quatre niveaux dont le dernier se termine par un boss, il y a aussi un quatrième monde à niveau unique et à boss final qui se joue en scrolling horizontal et d'une façon un peu spéciale. Mais avant d'en arriver là, Pit a une longue route devant lui et une mission importante, celle de retrouver les trois trésors sacrés dérobés et désormais gardés par les boss dans leur forteresse.

En tant qu'échappé de la prison la mieux gardée qui soit (vous en connaissez, vous, beaucoup qui sont revenus des enfers ?), Kid Icarus démarre avec pas grand chose dont à peine un carré de vie. C'est là qu'entre en jeu la partie aventure qui lui permettra tout au long de sa quête d'améliorer ses capacités et d'obtenir des items. La partie action, orientée à fond sur les plates-formes, s'assurera quant à elle que tout ceci ne s'acquiert pas trop facilement.

Fragile

Avec son arc, Pit tire des flèches devant, derrière et au-desssus de lui sur une courte distance. C'est une faible défense face à la ribambelle de monstres qui viendront le harceler sans répit, y compris quand vous essayez de rassembler la concentration nécessaire pour sauter sur ces satanés plates-formes d'un bloc de large qui forment le seul décor de cet écran aux profondeurs mortelles. Il a beau être un ange, Pit tombe comme une masse après un saut et perd sa vie comme un plombier une fois hors champ. Et des passages cruels, il y en a justement bien plus souvent et bien plus tôt que chez ce plombier (dont j'ai visiblement oublié le nom pour ce test...).

La difficulté est très élevée et cela dès le premier niveau qui donne du fil à retordre. Surtout que le finir n'est pas suffisant, pour se donner une chance pour la suite, il faut bien le finir, notamment en affrontant beaucoup de monstres pour récupérer les coeurs qu'ils laissent derrière eux et qui permettent, en ces terres mystiques, de payer ses achats. A l'inverse de Zelda, la large majorité des items que l'on achète s'équipe et s'utilise automatiquement. Que ce soit les flacons qui prennent soin de vos vies, la plume qui vous évite la chute ou les armes qui augmentent votre puissance, vous n'avez pas à les sélectionner et ceci se rapproche du fonctionnement d'un jeu d'action.

Même les trésors sacrés s'équipent tout seul à la fin, et constituent la principale attraction du dernier niveau qui se déroule comme un shoot'em up. Nintendo ne s'est jamais vraiment attaqué au genre, mais ils aiment bien, de temps à autre, glisser un niveau comme ça; souvenez-vous de Super Mario Land sur Game Boy. Le seul item dont on peut se servir manuellement est le maillet. C'est une arme qui permet aussi dans la forteresse de libérer les centurions pétrifiés qui vous prêtent ensuite "main faible" contre le boss. Une idée intéressante mais mal exploitée. Toujours dans la forteresse, le plan se distingue subtilement de Zelda, au lieu de trouver le plan et le compas, vous devrez trouver le plan, la torche et le crayon ! Ces deux derniers indiquent votre position et les salles que vous avez visité.

Monstrueusement original

Kid Icarus est un très vieux jeu (18 ans, argh, ça ne nous rajeunit pas) et comme tel, ces graphismes ne sont pas fantastiques. Ils ont tout de même ce charme étrange des vieux jeux NES, les couleurs sont bizarres, un peu kitsch, mais rarement laides excepté dans le désert du second monde. Il y a un style Kid Icarus comme il y a un style Super Mario Bros ou Metroid, ne serait-ce que dans le design des blocs ! C'est un charme particulier, simplement nostalgique peut-être puisque les plus jeunes n'y sont que rarement sensibles. Une leçon pour tout les âges en revanche est l'originalité du bestiaire, très vaste pour un jeu 8-bit, très farfelu, très créatif, et, oui, 100% Nintendo.

Outre les légendaires Eggplant Wizards (sorciers aubergines) qui vous transforment le haut du corps en aubergine et vous obligent à gagner l'hôpital le plus proche, Pit rencontre toutes sortes de monstres bizarres, pas infernaux mais très originaux, qui laissent admiratif quant au talent des graphistes à inventer dans un cadre restreint de 16 pixels par 16 ou 24 avec à peine deux dizaines de couleurs à l'affichage dans une palette de 52. Vous pouvez voir quelques unes de leurs créatures dans les photos d'écran et même admirer leur version dessinée dans notre supplément exclusif à ne pas rater. Les musiques ne déçoivent pas non plus, il y en a peu, une par monde, mais elles sont créatives et belles que ce soit les notes aiguës très angéliques du thème, la marche héroïque du premier monde, la ballade du second, les mélodies aériennes du troisième ou la litanie des forteresses.

Un Peu d'Histoire

Lorsque Kid Icarus sort au Japon en décembre 1986, quelques mois après Metroid et dix après Zelda, il suit la même voie que ses aînés en étant publié sous format Disk System, l'extension de la Famicom réservée au Japon que nous vous détaillerons un jour dans un dossier spécial. Sur ce support, ces trois jeux ont la particularité de bénéficier d'un système de sauvegarde. Système qui ne sera conservé en occident que pour le mieux vendu des trois, Zelda. Les deux autres devront se contenter d'un autre système qu'ils inaugureront: des mots de passe. Malgré tout l'absence de sauvegarde se fait sentir dans Kid Icarus, c'est un système, vu la difficulté du jeu, qui aurait certainement été pratique.

A propos de Metroid, on reconnaît le fameux prédateur parasite parmi la galerie de monstres de Kid Icarus. Une raison à cela est que les équipes de développement avaient de nombreuses personnes en commun dont le chef de projet (Satoru Okada), le compositeur ("Hip Tanaka") et bien sûr le producteur, feu Gunpei Yokoi. On sait aussi que Yoshio Sakamoto, le directeur de la section R&D1 de Nintendo a qui l'on doit Made in Wario, était alors le character designer de Metroid, et a travaillé aussi sur Kid Icarus. Ce n'est donc pas seulement une coïncidence si ces deux titres semblent toujours un peu liés.

Le Retour de l'Enfant Prodigue

Certaines personnes ont beau dire, il n'est pas si étonnant que Kid Icarus n'ait pas reparu depuis tant d'années. Si le personnage et son univers sont très charismatiques, son action ne l'est pas autant, surtout en comparaison d'autres fleurons Nintendo de l'époque tels que Mario, Zelda ou Metroid. Ce n'est pas un jeu à la portée de tout le monde, les phases difficiles sont légion, ce n'est pas le plus beau jeu de l'époque, ni le plus intéressant et ce n'est pas un jeu vraiment populaire excepté auprès d'un noyau dur de fans.

C'est certes un faible argument vu que des personnages encore moins charismatiques, les Ice Climbers, dans un jeu encore moins bon, ont eux eu droit au traitement de faveur, sans que cela soit aller pour autant jusqu'à leur offrir un nouveau jeu. Peut-être la raison à cela est que Ice Climber est plus célèbre au Japon que Kid Icarus. Quoiqu'il en soit, Pit aurait mérité plus qu'un trophée dans Super Smash Bros. Melee et mériterait sans doute bien de renaître dans un tout nouveau jeu d'action aventure flamboyant. Mais qui sait, cela est peut-être au programme dans un futur pas si lointain ?

le 9 juillet 2004
par sanjuro



Jeu testé en version européenne
Boîte du jeu
Version américaine



Photos choisies
Cliquer pour agrandir

Toutes les photos
Taille normale 256x232
01 | 02 | 03 | 04 | 05
06 | 07 | 08 | 09 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18 | 19 | 20
21 | 22 | 23 | 24 | 25
26 | 27 | 28 | 29 | 30
31 | 32 | 33


Panorama
Tout sur une page


All text and screenshots: © 2001 sanjuro, 1up-games.com